Mon compte
logo

The Seventh One (1988)

image : The Seventh One (1988)

 

Ceux qui me suivent ce sont rendus compte que je voue une admiration particulière pour le groupe Toto. Toutes leurs productions trouvent grâce à mes oreilles jusqu’à Kingdom Of Desire (1992), le dernier album avec Jeff Porcaro. Après, c'est bien, mais ce n'est plus pareil, parce-que dans mon esprit quelque chose s’est cassée depuis ce sinistre 5 août 1992, la magie n'est plus là et l'exceptionnel a disparu ! Cependant, je fais une exception avec l’album XIV, où je retrouve beaucoup d'ingrédients qui faisait le Toto de la fin des années 70 et des années 80 (voir la chronique du Toto XIV sur ce site) !

 

Parmi les albums de Toto de l’âge d’or, mon préféré est et restera, The Seventh One, avec cet opus ils sont certainement au sommet de leur créativité artistique, cet album mêle le rock, le funk, la soul, le soft-rock à travers une production sans faille et un son exceptionnel concocté avec l’aide de Bill Payne (Little Feat) et de George Massenburg !

 

Les sessions d’enregistrements de The Seventh One débutent dès la fin du Fahrenheit Tour, cette tournée fut d'ailleurs un énorme succès ! L’album précédent avait très bien fonctionné en dégageant un tube I’ll Be Over You, leur premier vrai succès commercial depuis I Won't Hold You Back. De plus, Joseph Williams, leur nouveau chanteur, a donné entière satisfaction sur scène, avec des capacités vocales extraordinaires ! Outre ses possibilités vocales, Williams est aussi un excellent compositeur, il l’a déjà prouvé en co-signant des chansons sur Fahrenheit et il va encore le confirmer sur cette œuvre en prenant part à l’écriture d’excellents titres. C’est donc sous les meilleurs auspices que les garçons rentrent en studio pour la fabrication du nouvel opus ! Las, au début des sessions, Steve Porcaro annonce sa décision de quitter le groupe, vexé de ne pas avoir de compositions retenues et de ce fait s'estimant ostracisé, d’autres rumeurs prétendent également que la consommation de certaines substances atteignait des niveaux très élevées à cette époque. Il sera tout de même présent pendant les sessions, jouera ses parties de claviers, et assurera la tournée mondiale qui suivra, sans toutefois participer à la promotion (il n’apparaît pas sur les vidéos promotionnelles).

 

À la fin de l’enregistrement, les membres du groupe comme la direction de Columbia Records, ont estimé que The Seventh One était l'un de leurs albums les plus aboutis. Le premier single, Pamela, fut au début très bien soutenu par Columbia. Malheureusement le président du label Al Teller a démissionné peu après, son départ a signifié la fin de la promotion du single et de l'album. La conséquence immédiate fut qu’après avoir grimpé les marches du Billboard Hot 100, Pamela s’effondra rapidement.

 

Alors maintenant l'album ? Il s'ouvre avec Pamela (David Paich / Joseph Williams) et son groove d’enfer, on remarque un petit côté Michael Jackson durant les couplets, mais avec un son qui ne peut être attribué qu’à Toto, elle atteindra la 22e place du Billboard Hot 100, ce fut le dernier tube du groupe aux Etats-Unis ; On remarque encore sur You Got Me (David Paich / Joseph Williams) un côté MJ, mais un peu plus prononcé. Pour expliquer cela, il faut se replacer dans le contexte de l’époque, l’album Bad de MJ était sorti moins d’un an auparavant, et l’on sait que les productions Q/MJ influençaient beaucoup d'artistes, d’autant plus pour Toto, car les Porcaro, Lukather, Paich en étaient parties prenantes en collaborant de très près avec Q et MJ ! Anna (Steve Lukather / Randy Goodrum) est certainement une des plus belles ballades de Toto, dès l'intro avec ses percussions et l'arrivée de la voix de Lukather nous savons que c'est un morceau exceptionnel. Anna paraîtra aussi en single, sans toutefois trouver le succès qu’aurait mérité cette chanson ! Stop Loving You (Steve Lukather / David Paich) avait été écrit pour être un tube, et pour moi c’est effectivement un tube évident, avec sur le vinyle la voix de Jon Anderson chanteur du groupe Yes, au moment du bridge (effacée sur la première édition européenne du CD). Stop Loving You fut édité en single en Europe mais pas aux Etats-Unis ; Mushanga (David Paich / Jeff Porcaro) est à mon avis une de leurs meilleures compositions toutes époques confondues. Elle reprend un peu l'esprit du morceau Africa avec un côté exotique encore plus prononcé par rapport à son illustre aînée, la partie instrumentale est formidable avec la basse Mike Porcaro, le solo de guitare acoustique de Steve Lukather et le "steel drum" de Andy Narrell ! Stay Away (David Paich / Steve Lukather) est le premier vrai titre "Rock/AOR, Linda Ronstadt est présente pour donner un relief particulier au refrain ! Sa présence exceptionnelle s’explique simplement car au même moment Bill Payne et George Massenburg produisaient Let It Roll, l’album du grand retour de Little Feat, auquel elle participait aussi en tant qu’invitée.

 

Depuis la reprise par Phil Collins couronnée de succès du You Can’t Hurry Love des Supremes, il était de bon ton durant les années 80 de rendre hommage au label Motown, à travers des reprises de classiques du prestigieux label originaire de Detroit, ou des compositions se rapprochant du style Motown ! Toto ne dérogea pas à la règle avec l’excellent Straight For The Heart (David Paich / Joseph Williams) qui bénéficie effectivement d’une rythmique très Tamla Motown ! Straight From The Heart sera choisi comme second single avec le tournage d’un clip vidéo à la clé ! Only The Children (David Paich / Steve Lukather / Joseph Williams) est le titre que je préfère, une super chanson, avec par moments des petits clins d’œil au groupe The Police, si on écoute bien certains "riffs" de Luke durant la seconde partie du morceau, à la manière d’un Andy Summers ! On continue plus calmement avec la délicieuse et remarquable A Thousand Years (Joseph Williams / Mark T. Williams / David Paich), une atmosphère particulière s’en dégage, la basse de M. Porcaro, les solos de Luke, c'est du sans-faute ! J'ai dû écouter These Chains (Steve Lukather / Randy Goodrum) des centaines de fois, c'est le passage le plus "Westcoast", avec These Chains nous sommes propulsés dans un cabriolet sillonnant la California 1 entre Santa Monica et Malibu ; Home Of The Brave (David Paich / Steve Lukather / Joseph Williams / Jimmy Webb) est la plage la plus progressive, superbe final, qu’ils ont souvent joué "Live" ! La version japonaise comportait un "bonus track" avec le morceau éponyme The Seventh One (Mike Porcaro / Jeff Porcaro / Steve Lukather / David Paich / Joseph Williiams) où encore une fois Toto rend un hommage appuyé au groupe The Police !

 

Quand est paru Toto XX en 1997, avec la chanson Last Night (David Paich / Joseph Williams), enregistrée pendant les sessions de Seventh, j'ai vraiment regretté qu’elle n'ait pas été inséré dans la version finale de cette œuvre !

 

Produit par : Toto, Bill Payne & George Massenburg

Enregistré par : Toto, Bill Payne & George Massenburg

Enregistrement additionnels : Sharon Rice, John Jessel, Steve Porcaro

Stay Away mixé par : Niko Bolas

 

Toto :

 

Joseph Williams : Chant

Steve Lukather : Guitares, Chant

David Paich : Claviers, Chant, Arrangements des Cordes & des Cuivres, Chef d'Orchestre

Jeff Porcaro : Batterie

Mike Porcaro : Basse

 

Musiciens Additionnels :

 

Steve Porcaro : Synthétiseurs & Programmations

Bill Payne : Claviers

Joe Porcaro, Lenny Castro, Jim Keltner, Michael Fisher : Percussions

David Lindley : Lap Steel

Andy Narell : Steel Drums

Mark T. Williams : Arrangements sur A Thousand Years

 

Choeurs : Tom Kelly, Linda Ronstadt, Jon Anderson, Patti Austin

 

Tom Scott, Jerry Hey, Jim Horn, Chuck Findley, James Pankow, Gary Grant, Gary Herbig : Cuivres

Tom Scott, Jerry Hey : Arrangements des Cuivres

 

Marty PaichJames Newton-Howard : Arrangements des Cordes

Marty Paich : Chef d'Orchestre.

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-Philippe Réjou
Merci Jogasa, le but de ses chroniques est aussi de donner envie aux personnes de réécouter tous ces albums, ou de les découvrir !

posté le : April 30, 2020 11:23

Jogasa
merci pour l'analyse 😉Jai découvert cet album dans le walkman d'un copain de lycée... ça me donne tout simplement envie de le réécouter

posté le : April 29, 2020 23:11

Jean-Philippe Réjou
Oui Christophe, cet album a marqué beaucoup d'entre nous. Merci Martine et Christophe pour vos compliments !

posté le : April 29, 2020 12:03

Martine geffroy foucault
J' aime tous les albums de " Toto ". Belle chronique !

posté le : April 29, 2020 02:53

Christophe Martinez
Encore une fois une superbe chronique pour un album exceptionnel ! Pour ma part, les superlatifs me manquent pour évoquer cet album qui est sans nul doute celui qui a fait évoluer le plus ma perception de la musique californienne ...tout un pan de mon adolescence et de merveilleux souvenirs refont surface en réécoutant cet album qui reste mon préféré de Toto ! Bravo encore Jean-Philippe !

posté le : April 29, 2020 00:11

Jean-Philippe Réjou
Wyatt, Kimball fut aussi extraordinaire à ses grandes heures !

posté le : April 28, 2020 23:55

Wyatt
Excellent album de Toto. Mais difficile de dire que c'est le meilleur car tous les albums sont bons. Mettons de côté "Through The Looking Glass". Peut-être préférez vous la voix de Williams. Pour moi, chaque chanteur a sa légitimité. Bobby Kimball a été un excellent chanteur, tout comme Frederiksen et Byron. TOTO est un groupe unique.

posté le : April 28, 2020 23:49

Jean-Philippe Réjou
Jérôme je crois que You Got Me était destiné à Whitney Houston, mais qu'il n'avait pas été retenu. Merci pour ton commentaire !

posté le : April 28, 2020 23:42

Jerome Nigou
Toujours un plaisir de te lire Jean-Philippe. Excellent album évidemment !!! Je les ai toujours soupçonnés d’avoir mis dans cet album quelques morceaux refusés par Michael Jackson ??? Mention spéciale pour “These Chains” !!! 😉

posté le : April 28, 2020 23:37

Jean-Philippe Réjou
Merci Christian, tu dois être plus jeune que moi. J'avais découvert Toto en 1982 avec l'album Hydra, quelques mois avant la parution du IV. Nous avons tous des souvenirs précis de la découverte de ce groupe, c'est ça qui est bien... Nous sommes tous marqués au fer rouge par la musique des Paich, Porcaro, Lukather...

posté le : April 28, 2020 23:30

christian
et cet album ! celui qui ma fait découvrir Toto ! j'ai découvert stop loving you sur une compil de époque (boulevard des hits ) j'ai kiffer ce titre en me demandant c'est quoi ce groupe qui s'appelle toto ? lol . et j'ai acheter l’album ! deux ans plus tard je les decouvrais en concert au Zenith pour la tournée past to present . et j'ai fais comme John Bellushi dans les blues brothers quand il écoute le gospel de James Brown . Depuis ,je suis un inconditionnel de toto . Très bel article bravo . J'ai une préférence pour Straight for the heart et pour Stop loving you

posté le : April 28, 2020 23:13

Jean-Philippe Réjou
Oui Christophe et merci pour ton commentaire, nous sommes du même avis, mais ce n'est pas partagé par tout le monde et c'est tant mieux, car sinon le monde serait trop triste ! :)

posté le : April 28, 2020 23:08

Letoff
Superbe chronique. C’est vrai que cet album est exceptionnel dans la carrière du groupe. Comme beaucoup, je pense que c’est le meilleur album qu’ils ont produit.

posté le : April 28, 2020 23:03

Jean-Philippe Réjou
Merci Stéphane pour tes compliments, qui me touche venant d'un amateur de Toto comme toi. Et puis tu as eu un privilège unique, pouvoir jouer quelques notes avec eux, ce n'est pas donné à tout le monde ! :)

posté le : April 28, 2020 22:25

Stef
Très bonne chronique, intéressante, captivante, riche. Un point que je partage à 200% : dans Toto XIV, je retrouve aussi le Toto d’avec Jeff, plus,précisément celui de cet album et Fahrenheit, voire Isolation. Comme si entre temps, il y avait eu une parenthèse, bien que certains morceaux de Tambu et Mindfields me plaisent énormément. On retrouve ce gros travail côté claviers, et sur les compos. Merci à toi pour ton partage de passionné ;-)

posté le : April 28, 2020 22:06

Jean-Philippe Réjou
Merci pour ton intervention Alain ! L'album de Steve Porcaro est quand même top pour moi.

posté le : April 28, 2020 22:00

Jean-Philippe Réjou
Merci pour ta réaction Hollyanna, pour moi quelque chose s'est irrémédiablement cassé après le décès de Jeff. Mais ça tient à moi et à l'admiration que j'avais pour lui, à l'époque il était mon héros... Par la suite je n'ai plus apprécié Toto comme avant. Sauf pour l'album XIV qui m'a rappelé le Toto Vintage que j'aimais...

posté le : April 28, 2020 21:58

Alain THIRY
Là encore, c'est un must qu'on ne se lasse pas d'écouter. Il y a une alchimie particulière entre les frères Porcaro, David Paich, Steve Lukather et Joseph Williams qui rend la musique de TOTO incomparable et pour moi, c'est le meilleur groupe de rock, all around the world.D'ailleurs, si on prend leurs opus en solo ou leurs collaborations prises séparément, c'est un ton au dessous.

posté le : April 28, 2020 21:51

Jean-Philippe Réjou
Ted, j'aime énormément Steve Porcaro, j'adore ses compositions. Mais cet chronique ne représente que mon opinion et tout le monde n'est pas obligé de la partager. Je ne vais pas répéter ce que j'ai déjà écrit dans cette chronique, mais à mon humble avis, cet album représente leur sommet artistique... Des "tubes" il n'y en a pas eu tant que ça sur ce disque, le seul ayant un peu fonctionné étant "Pamela", non ce ne sont pas des "tubes", mais des morceaux qui avec le temps sont devenues des "classiques" du groupe. Pour en revenir à S. Porcaro, si il y avait eu un morceau de lui, je pense que ça n'aurait rien gâché ;-) Et merci de ton intervention sur ce site. :-)

posté le : April 28, 2020 21:14

Ted
Je respecte tous les fans de ToTo, mais je ne comprends pas le fait que, pour beaucoup, cet album soit l’Album référence du groupe. Même si cet album reste un excellent album avec des titres d’anthologie et des tubes à gogo ! Un excellent album comme tous les albums de ToTo jusqu’ à Tambu . Et puis comment choisir un album sans Steve Porcaro ? ;)

posté le : April 28, 2020 20:34

Jean-Philippe Réjou
Merci Alain !

posté le : April 28, 2020 20:19

Hollyanna
Très bon debrief de cet album dont j’ai usé le vinyl à force de l’écouter !!!! Mon titre préféré est sans doute le sublime Mushanga. En revanche si je suis comme toi archi fan des premiers Toto ( Pour moi Hydra est l’album de ma révélation), je pense qu’il y a des très très bonnes choses par la suite. Par exemple j’aime énormément l’album Tambu qui regroupe de merveilleux morceaux. En tout cas merci pour le très bon travail . Hollyanna 😊

posté le : April 28, 2020 20:19

ALAINJO
Belle chronique JP ... Le meilleur album du groupe !!! Le plus aboutit... " These chains " un must ...

posté le : April 28, 2020 19:55

Jean-Philippe Réjou
Moi aussi j'ai regretté le départ de Williams cher Aurélien. Mais ses performances vocales furent très décevantes lors la tournée qui a suivi la sortie de The Seventh One. Il est sûr que s'il était resté dans le groupe, la suite de l'histoire de Toto en eut été changé, mais avec des si... Merci pour ton compliment!

posté le : April 28, 2020 19:32

Aurélien
Bravo pour cette analyse 👍 Je trouve aussi que c'est LE meilleur album de Toto , tellement varié ... dommage que Joseph Williams n'a pas suivi par la suite ...on aurait eu sûrement un autre magnifique album ( ou pas ) qu'on voit les titres ''Going home '' ou '' mad about you'' ...

posté le : April 28, 2020 19:22

Jean-Philippe Réjou
Merci beaucoup Manu, je fais ça avec passion !

posté le : April 28, 2020 19:12

Manu
Excellente critique pour un de leur meilleur album avec tambu, rédigée par un expert. Bravo

posté le : April 28, 2020 18:51

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don