Mon compte
logo

Simple Dreams (1977)

image : Simple Dreams (1977)

 

Ce n'est un secret pour pratiquement personne, Linda Ronstadt a annoncé officiellement il y a quelques années, qu'elle ne pourra plus jamais chanter, elle souffre en effet de la maladie de Parkinson, et malheureusement plus aucun album de cette immense artiste ne paraîtra. Mis à part, peut-être un jour, des inédits ou des compilations et autres coffrets.

 

Linda Ronstadt a vu le jour à Tucson en Arizona, juste au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1946. Durant toute son enfance, elle fut berçée au son des "mariachi" et du "country & western". Elle arriva à L.A. au milieu des années 60, et fit partie de la vague "folk rock" et "country rock" alors naissante. C’est John Boylan qui lui présenta Don Henley et Glenn Frey au Troubadour de Los Angeles, ils sont devenus par la suite membres de son groupe en compagnie de Bernie Leadon et de Randy Meisner, ce qui lui vaut le surnom de  "mother of The Eagles".

 

La voix de Ronstadt est d'une beauté incomparable, elle s'en servira tout au long de sa riche carrière avec une réussite incontestable. Elle visita plusieurs styles comme le "rock", "country rock", "folk", "jazz", "mariachi", "soft rock", etc. pendant pratiquement 40 ans. Elle n'a été "qu'une interprète", mais quelle interprète, s'entourant des meilleurs "songwriters" du moment et magnifiant souvent les chansons qu’elle interprétait !

 

Un de ses meilleurs opus est Simple Dreams paru en 1977, il se trouve en bonne place dans ma discothèque, ce fut en effet son premier Lp à orner mes étagères. Simple Dreams restera cinq semaines tout en haut du Billboard 200, et fut détrôné par le célèbre Rumours de Fleetwood Mac.

 

On commence avec le classique It's So Easy (Buddy Holly / Norman Petty) (5e au Billboard Hot 100), curieusement ce morceau ne sera pas un succès quand Buddy Holly le publiera, elle nous en livre une version avec un feeling et un son très "Californie du sud" tout en gardant l'esprit "rock" de la version originale ; Carmelita (Warren Zevon) bénéficie d'arrangements très "country rock", c'est une très belle ballade composée par le génial Warren Zevon (RIP) ; Simple Man, Simple Dream (J.D. Souther) est très touchante et d'une beauté rare, toujours dans un esprit "country rock", genre il est vrai, très à la mode durant cette période, même si en 1977 le "country rock" tirait ses dernières cartouches en terme de popularité ; Sorrow Lives Here (Eric Kaz) continue toujours dans la ballade, c'est tout simplement beau, un piano accompagnant sa voix et la magie s'installe immédiatement, pas besoin de plus! I Never Will Marry (traditional / arrangé par Linda Ronstadt) est une merveilleuse douceur, elle l'interprète avec l'aide de Dolly Parton sur le refrain! J'ai toujours considéré Roy Orbison comme étant un compositeur génial et la reprise de Blue Bayou (Roy Orbison / Joe Melson) (3e au Billboard Hot 100) ne fait que confirmer mes sentiments, ce sera le "single" extrait de Simple Dreams qui fonctionnera le mieux et ce n'est que justice, tant cette version est belle ; Poor Poor Pitiful Me (Warren Zevon) est un des rares titres avec It's So Easy et Tumbling Dice à tutoyer le rock'n roll, c’est encore une fois réussie et très convaincant ! Nous pouvons remarquer que cette chanson est le second morceau signé par le regretté Warren Zevon sur Simple Dreams, il était un de ses compositeurs préférés ! Elle interprète avec beaucoup d’émotions, et Maybe I'm Right (Waddy Wachtel), se révèle comme étant relaxant et agréable! Je ne présente pas Tumbling Dice (Mick Jagger / Keith Richards), "cover" du célèbre morceau des Rolling Stones, elle en livre une très belle version, elle a su garder l'esprit de l'original tout en lui donnant encore une fois un côté californien ; Old Paint (traditional / Arrangé par Linda Ronstadt) est une chanson faisant partie du folklore de l'Amérique profonde, elle a toujours aimé interpréter ces morceaux qui lui rappellent son enfance en Arizona ! Old Paint baigne dans un esprit "Country" indéniable.

 

Après Simple Dreams elle publiera quelques albums supplémentaires toujours dans l'esprit "soft-rock" et "country-rock" jusqu'en 1983, date à laquelle elle débutera sa trilogie "jazz" avec What's New.

 

 

 

Produit par : Peter Asher

Enregistré et mixé par : Val Garay

 

Linda Ronstadt : Chant, Choeurs, Guitares Acoustiques

 

Dan Dugmore : Guitares Acoustiques, Guitares Steel

Waddy Wachtel : Guitares Acoustiques & Guitares Electriques
Kenny Edwards : basse et Mandoline

Rick Marotta : Batterie, Shaker

Don Grolnick : Clavinet, Orgue, Piano Electrique
Mike Auldridge : Dobro

Steve Forman : Marimba
Peter Asher : Tambourine et Maracas

 

Peter Asher, Kenny Edwards, Waddy Wachtel, Herb Pedersen, Larry HaglerJ.D. Souther, Don Henley : Chœurs

 

Dolly Parton : Harmonies

 

Quartet de Cordes : Charles Veal (Violon), David Campbell (Alto), Dennis Karmazyn (Violoncelle) et Richard Feves (Contrebasse)
Cordes Arrangées par : David Campbell

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-Philippe Réjou
C'est l'album de Linda Ronstadt qui a le mieux fonctionné commercialement, il monta jusqu'à la 15e place en France, on croît rêver quand on dit ça aujourd'hui, même si son seul numéro un en "single" aux Etats-Unis fut en 1974 avec la reprise de You're No Good.

posté le : May 2, 2020 11:15

Jean-Philippe Pellegrino
Excellent et incontournable Album, avec un son de très bonne qualité pour l'époque, et la sublime voix de Linda ! Toute ma jeunesse….

posté le : May 2, 2020 09:02

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don