Mon compte
logo

Holiday (1974)

image : Holiday (1974)

 

America déboula sur le devant de la scène en 1971 grâce à leur premier album éponyme et surtout avec A Horse With No Name qui fut un énorme tube ! En 1974 Gerry Beckley, Dewey Bunnell et Dan Peek allaient collaborer avec le célèbre producteur George Martin pour l’enregistrement de Holiday, leur quatrième opus !

 

Après A Horse With No Name, d’autres "hits" suivirent comme I Need You, le magnifique Ventura Highway qui figure sur leur second LP Homecoming, ou encore Muskrat Love sur Hat Trick. Le type d’écriture et le style que développera America durant les années 70 s’inscrivent dans le mouvement "folk", "soft rock" californien et nos trois amis maniaient la guitare acoustique avec dextérité ! Leurs mélodies ciselées savaient faire mouche, les harmonies vocales étaient une donnée importante de leur musique et elles n’avaient rien à envier à celles de leurs contemporains.

 

Ces trois américains ayant grandi en Angleterre ont souffert d’un certain ostracisme de la part de leurs congénères californiens. En effet, n’étant pas issue de la scène de Los Angeles alors en pleine ébullition, ne résidant pas à Laurel Canyon, ne s’étant jamais produit au Troubadour, ils étaient injustement victimes d’un manque de reconnaissance d’une certaine presse. Ils n’étaient pas passés par les circuits habituels qu’avaient empruntés Crosby Stills & Nash, Jackson Browne, Linda Ronstadt, les Eagles et bien d’autres. Certains critiques rock dans notre hexagone n’hésitant pas à les qualifier de Crosby Stills & Nash du pauvre !

 

C’est donc avec une certaine excitation que Dewey Bunnell, Gerry Beckley et Dan Peek entrèrent aux Air studios à Londres pour débuter l’enregistrement de Holiday. Il faut dire que George Martin possédait une carte de visite prestigieuse, en effet, mis à part Let It Be, il fut le producteur des "Fab Four" du début jusqu’à leur séparation et avait à son palmarès des chefs d’œuvre qui ont marqué l’Histoire de la musique. Il était en quelque sorte le cinquième Beatles, à l’origine d’arrangements luxueux, comme le quatuor de cordes sur Eleanor Rigby ou encore le solo de clavecin sur In My Life ou bien les arrangements de trompette à la J.S. Bach sur Penny Lane. Il faut dire que Martin avait une formation de musique classique et était très sensible à la période baroque, ses influences ressortent encore plus que jamais dans la production de Holiday. Qu’il me soit également permis d’associer à cette réussite l’ingénieur du son Geoff Emerick qui officia avec les Beatles à partir de Revolver.

 

Miniature (Gerry Beckley) sert de générique d’ouverture avec la présence d’un orchestre symphonique, Martin imprime sa marque de fabrique dès l’introduction. Tin Man (Dewey Bunnell) arrive avec une production très dépouillée, les guitares acoustiques, la voix de Bunnell, et ce rythme chaloupé font que cette chanson évolue dans un registre exotique, mais je ne m’en plaindrais pas, bien au contraire. Les harmonies vocales sur le refrain y sont remarquables ! Tin Man atteindra la 4e place du Billboard Hot 100. Même si Another Try (Gerry Beckley) s’inscrit dans la tradition des ballades composées par Gerry Beckley, on ne peut s’empêcher de penser aux Beatles et plus particulièrement à Paul McCartney, l’ajout de cordes, la trompette baroque en conclusion ne sont pas étrangères à cette sensation. On ne présente plus Lonely People (Dan Peek) (5e au Billboard Hot 100), morceau célèbre d’America et irrémédiablement attachant. Composé par Dan Peek qui quittera le groupe deux ans plus tard. Glad To See You (Dan Peek) débute piano/voix, c’est une belle mélodie dont Dan Peek est encore une fois à l’origine, décidément bien inspiré sur Holiday. Nous notons également des arrangements baroques glissés ici ou là par le producteur George Martin, et même un passage instrumental avec orchestre symphonique. Avec Mad Dog (Gerry Beckley) nous sommes plus que jamais proche de McCartney, si ce morceau avait figuré sur le double blanc des Beatles, personne n’y aurait trouvé rien à redire. Un peu dans la tradition de When I’m Sixty Four ou de Martha My Dear, à titre personnel, j’adore ! Un p’tit tour à L.A. à l’heure de la "rush hour" ? C’est chose faite avec le magnifique Hollywood (Dewey Bunnell), nous voici sur Sunset Boulevard avec sur ma droite le célèbre Tower Records, mais je n’ai pas le temps de flâner, j’ai un rendez-vous à Santa Monica, j’espère que je serai à l’heure ! Baby It’s Up To You (Gerry Beckley) est l’archétype même de la mélodie qui coule toute seule, agréable à l’oreille dès la première écoute et qui donne envie de farniente au soleil ! You (Dan Peek) est parfaite pour succéder à Baby It’s Up To YouYou recèle un côté Beatles évident avec des arrangements rappelant Penny Lane, la mélodie est lumineuse et l’interprétation de Dan Peek est parfaite. Sur Old Man Took (Dewey Bunnell) on retrouve des accords de guitare chers à Bunnell et qui sont sa marque de fabrique. L’apport de cordes ajoute encore de l’épaisseur à cette chanson. Je ne sais pas si le fait de collaborer avec George Martin a influencé les compositions de Beckley mais en tout cas on ressent encore sur What Does It Matter (Gerry Beckley) une forte influence "beatlesienne" et un côté délicieusement rétro ! C’est In The Country (Dan Peek) qui conclut Holiday, peut-être pas le titre le plus inspiré de cette œuvre, un peu plus "rock" dans l’esprit, pas désagréable, mais un peu en-dessous par rapport au reste du matériel proposé sur ce très bel album.

 

Holiday se classera 3e au Billboard 200 et fut le second meilleur classement d’America aux Etats-Unis, seul leur premier album fit mieux puisqu’il arrivera sur la plus haute marche du Billboard. Pour beaucoup de personnes dont je fais partie, Holiday est l’oeuvre la plus cohérente de la part du trio, et par conséquent celle que je considère comme étant leur meilleure !

 

Produit et arrangé par : George Martin

Enregistré par : Geoff Emerick

 

America :

 

Gerry Beckley : Guitare, Claviers, Basse, Chant, Chœurs

Dewey Bunnell : Guitare, Claviers, Basse, Chant, Chœurs

Dan Peek : Guitare, Claviers, Basse, Chant, Chœurs

 

Musicien additionnel :

Willie Leacox : Batterie, Percussions.               

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-PhilippeRéjou

Merci Third Wind Go pour ce joli commentaire! Moi aussi j'aime Floyd, Led Zep, Genesis, etc. 😉

posté le : May 18, 2020 23:08

Repondre
Third Wind Go

AMERICA....Rien que le mot déjà.....C'est parce que chez mon disquaire à Montélimar then I was 15, en 74, j'ai vu cette pochette, les 3 musicos bien cool et surtout en fond, les indiens!!!!! Quelle merveilleuse et éternelle image toujours aussi évocatrice, serrant mon âme, c'est comme cela....Alors j'ai pris le 33 tours. A l'époque, acheter un disque, c'était au mieux une fois par mois et donc, un évènement!Quand je rentrais chez moi avec le précieux objet sous le bras, je ne voyais pas le moment de poser le vinyle sur la platine et de starter, l'oreille attentive au tout début, à la première note de musique qui allait vite me faire savoir si j'avais gagné ou pas....Je gagnais toujours, avec les Floyd, Led Zep, les Beatles (Eux, je les entendais sans cesse à "Tohu-bohu!) Genesis...(Trespass....Acheté aussi à cause de sa pochette...) Avec AMERICA, j'ai bien rêvé, bien adoré, c'est tout ce qui me passionnait à l'époque; et ça n'a pas changé! Pourquoi me direz-vous? L'EMOTION!  

posté le : May 18, 2020 22:28

Jean-PhilippeRéjou

Merci Pierre ! 

posté le : May 18, 2020 16:58

Repondre
PierreHimself

Superbe chronique! Merci! 😊

posté le : May 18, 2020 16:53

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don