Mon compte
logo

Daylight Again (1982)

image : Daylight Again (1982)

 

Le premier opus de CSN était paru en 1969, ce fut un succès international pratiquement immédiat, leur participation au festival de Woodstock en compagnie de Neil Young acheva de les faire entrer dans la légende. Le LP Déjà Vu (1970) continua d’asseoir leur notoriété. Mais de gros problèmes relationnels dûs à leurs caractères affirmés, mais aussi trop de consommations de substances illicites seront à l’origine d’une carrière épisodique. Toutefois les trois disques du trio (quatuor pour Déjà Vu) entrèrent dans le panthéon de la musique populaire des années 70.

 

CSN (déjà chroniqué ici) qui parut en 1977 est aussi une œuvre exceptionnelle d’où émergea un tube international avec Just A Song Before I Go, et puis le silence, et la lente descente aux enfers de David Crosby.

 

Lorsque Stephen Stills et Graham Nash commencent à composer et à enregistrer pour leur nouveau projet dès 1980, David Crosby n’est pas prévu au casting. En effet, ce dernier traverse une période sombre, poursuivi par ses démons il n’est plus que l’ombre de lui-même. C’est Timothy B. Schmit et Art Garfunkel qui sont prévus pour assurer les parties vocales où il aurait pu poser sa voix. Mais les pontes du label Atlantic font grise mine, car il était sûr qu’un album de Stills & Nash aurait eu beaucoup moins d'impact qu'une reformation de Crosby, Stills & Nash, et il n’était pas besoin d’être devin pour être certain que les ventes allaient s’en ressentir, et ce, même si le matériel proposé était d’excellente qualité.

 

C’est ainsi que les dirigeants du label avec Ahmet Ertegun en première ligne firent le forcing pour que Crosby soit intégré au projet, ce qui fut acté. Ce dernier apporta deux chansons, en premier lieu Delta, et Might As Well Have A Good Time qu’il avait enregistré auparavant, Stills & Nash y rajoutèrent leurs voix.

 

C’est donc bien un nouvel album de Crosby, Stills & Nash qui parut au mois de juin 1982. Il fut aussi leur dernier disque à rencontrer un succès commercial puisqu’il se hissera à la 8e place du Billboard 200, propulsé principalement par deux singles, Wasted On The Way et Southern Cross.

 

C’est la très belle Turn Your Back On Love (Stephen Stills / Graham Nash / Michael Stergis) qui débute, parfaite road-song. Stephen Stills tient le "lead" et le refrain est agrémenté d’harmonies vocales aériennes. On poursuit avec Wasted On The Way (Graham Nash) morceau dans un style "Country", parfait également pour tracer la route, la mélodie se situe dans la veine des meilleures compositions de Nash ! Wasted On The Way grimpera jusqu’à la 9e place du Billboard Hot 100 ! Et voici Southern Cross (Stephen Stills / Richard Curtis / Michael Curtis), devenu depuis un classique du trio ! Mid-tempo avec toujours ces chœurs exceptionnels. Ce fut le premier clip vidéo tourné par CSN pour l’occasion, ce qui leur permit d’être diffusé sur MTV, et nous savons très bien qu’à l’époque, les passages sur MTV était d’une grande importance pour asseoir le succès d’un single ou d’un album ! Southern Cross arrivera à la 18e place du Billboard. Into The Darkness (Graham Nash) est dans un esprit un peu plus "rock" du moins au niveau des couplets, le refrain faisant toujours ressortir l’association magique de ces trois voix ! Comme je l’ai dit auparavant Delta (David Crosby) est la seule composition amenée par Crosby, il s’agit d’une ballade remarquable qui débute avec un piano et sa voix venue tout droit des cieux ! Moment suspendu ! Nous poursuivons avec Since I Met You (Stephen Stills / Michael Stergis), titre formidable s’il en est ! Ils chantent en trio sur toute la longueur de la chanson, c’est enlevé et terriblement efficace. Too Much Love To Hide (Stephen Stills / Gerry Tolman) fut choisi comme troisième single, avec le recul je ne sais pas si ce choix était judicieux. Il s’agit d’un morceau relativement puissant où la guitare de Stills est en avant. C’est bien mais était-ce un single ? Song For Susan (Graham Nash) est la ballade qui m’avait le plus accroché lors des premières écoutes de Daylight Again, le clavier se rapproche un peu des compositions de Roger Hodgson dans Supertramp et la mélodie est renversante, quant aux harmonies vocales elles sont au firmament ! Avec You Are Alive (Stephen Stills / Michael Stergis) on poursuit un rêve éveillé, l’arrivée du bridge est à ranger dans les moments d’exceptions, après avoir écouté ça, on peut mourir tranquille ! Même si Might As Well Have A Good Time (Judy Henske / Craig Doerge) n’est pas une composition de Crosby, c’est lui qui l’a imposé ici, et il a eu mille fois raison, cette ballade navigue dans de hautes sphères, typiquement dans l’esprit californien de cette période dorée ! C’est la très acoustique Daylight Again/Find the Cost Of Freedom (Stephen Stills) qui sert de conclusion parfaite à cet opus incontournable, juste un banjo et leurs voix !

 

 

Daylight Again est le dernier grand disque du trio, par la suite le sous-estimé Live It Up sortira en 1990. Entre-temps c’est American Dream avec Neil Young qui inondera les bacs des disquaires à la fin de l’année 1988.

 

 

Produit par : Crosby, Stills & Nash avec Stanley Johnston & Steve Gursky

Delta et Might As Well Have A Good Time produit par : Craig Doerge & Stanley Johnston

Enregistré par : Steve Gursky, Stanley Johnston, Steve Barncard

 

David Crosby : Chant, Chœurs

Stephen Stills : Chant, Chœurs, Guitare Acoustique, Guitare, Banjo, Fender Rhodes, CP-30, Percussions

Graham Nash : Chant, Chœurs, Guitare, Orgue, Percussions, Harmonica

 

Russ Kunkel, Jeff Porcaro, Joe Vitale : Batterie

Bob Glaub, George "Chocolate" Perry, Lee Sklar : Basse

Joe Lala : Percussions

Joel Bernstein, Michael Stergis : Guitares Acoustiques

Michael Stergis : Guitares, Chœurs, Guitare Acoustique

Dean Parks, Gerry Tolman : Guitare

Mike Finnigan : Orgue, CP-30, Piano électrique, Piano, Claviers, Chœurs

Craig Doerge : Synthétiseur, Claviers, Fender Rhodes, Piano

Richard T. Bear : Piano & Synthétiseur

Jay Ferguson : Orgue

Timothy B. Schmit : Chœurs, Basse

Art Garfunkel : Chœurs

 

Roberleigh Barnhart, Miguel Martinez, Ernie Ehrhardt : Violoncelles

Wayne Goodwin : Violon, Arrangements des Violoncelles

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :


Soyez le premier à réagir !

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don