Mon compte
logo

Can't Slow Down (1983)

image : Can't Slow Down (1983)

 

Quand Lionel Richie débute l’enregistrement de Can’t Slow Down en mars 1983, la vague Thriller est entrain de déferler sur la planète ! Tout le monde ne parle que de Michael Jackson qui atteint rapidement le statut de star internationale !

 

Lionel Richie n’est encore qu'aux yeux de beaucoup de monde l’ex-chanteur-compositeur des Commodores. Certes son premier album paru en 1982 fut couronné de succès aux Etats-Unis avec plus de 4 millions d’exemplaires écoulés, mais il ne remporta qu’un faible écho en Europe, hormis le Royaume Uni où il atteindra la 9e place. Quant à la France, pratiquement personne ne le connaît, sauf les amateurs de "soul/funk", mais ces derniers le considèrent souvent comme un faiseur de bonnes ballades à succès. Mais si nous nous risquons à un bilan c’est tout de même lui qui signa les plus gros "hits" des Commodores !

 

Pour Can’t Slow Down Lionel Richie s’adjoint comme sur son premier album, les services de James Anthony Carmichael à la production. Il est peut-être inutile de le rappeler mais Carmichael n’est autre que le producteur des Commodores et ce depuis leur début en 1974. Toutes les chansons sont signées ou co-signées par Richie avec l’aide selon les titres de David Foster, Greg Phillinganes, David Cochrane, Brenda-Harvey Richie ou encore de la parolière Cynthia Weill. Après quelques écoutes on se rend compte que mis à part le titre éponyme, ce disque ne recèle pratiquement pas de "up-tempo", Richie et Carmichael ont pris le parti de faire un opus regroupant des ballades et des morceaux "mid-tempo", privilégiant ainsi une certaine atmosphère et naviguant entre soul californienne et soft rock. Can’t Slow Down sera une immense réussite, non seulement artistique mais aussi commerciale, en effet, il atteindra la première place Billboard, dans plusieurs catégories dont la principale, à savoir le Billboard 200, où il restera plus de 59 semaines dans les dix premières places. Du côté de l’internationale il grimpera également au sommet des hits parades de nombreux pays. Aujourd’hui il totalise plus de 20 millions d’exemplaires vendus dans le monde! Côté Grammys, il remportera celui de l’album de l’année lors de la cérémonie de 1985.

 

C’est la chanson éponyme Can’t Slow Down (Lionel Richie / David Cochrane) qui fut choisie pour introduction. Il s’agit du seul titre réellement "up-tempo", un funk racé, très électronique où les programmations règnent en maître. Mais l’interprétation de Richie ne manque pas de sensualité et la mélodie est accrocheuse, avec le recul ce Can’t Slow Down est furieusement représentative du son de cette époque ! C’est All Night Long (All Night) (Lionel Richie) qui poursuit, inutile de la présenter, tellement son succès fut immense, véritable locomotive pour l’album, tube planétaire que les "djs" ont usé sur leurs platines. All Night Long est un savant mélange de "soul music" et de sons caribéens notamment dans les percussions de l’intro et puis nous voilà parti en Afrique pendant le "bridge" avec les chœurs, et le final où l'on peut entendre les cuivres de Jerry Hey, ils sont la cerise sur le gâteau. Morceau intemporel qui s’écoute encore aujourd’hui avec énormément de plaisir ! Penny Lover (Lionel Richie / Brenda Harvey Richie) est une très jolie ballade, comme Richie savait les faire, il a toujours excellé dans ce genre d’exercice et il le démontre encore une fois. Elle se classera à la 10e place du Billboard Hot 100. Stuck On You (Lionel Richie) est encore une chanson douce et romantique, et quelle chanson ! Le succès fut aussi au rendez-vous quand elle sortie en tant que single, 3e au Billboard Hot 100. Pour ceux qui aiment ce genre de mélodie, je leur suggère d’écouter les morceaux qu’il avait composé pour Kenny Rogers à la même période, ils devraient y trouver leur compte, je pense particulièrement à How Long dont la ligne mélodique est assez proche. Love Will Find A Way (Lionel Richie / Greg Phillinganes) remet un peu de rythme, ce titre possède tout pour séduire nos oreilles de mélomanes, une belle mélopée et une bonne dose de "soul" et de "groove", et puis ce piano aux notes "jazzy" en arrière-plan est vraiment délicieux à partir du milieu. Quant au final avec les chœurs, il n’y a rien à y redire, du grand art ! Pour ceux qui ont l’habitude des chansons et des productions estampillées David Foster, ils entendront dans The Only One (Lionel Richie / David Foster) la parfaite illustration du travail de ce dernier durant la première partie des années 80. Mélodie impeccable et arrangements "fostérien" en diable ! La magnifique Running With The Night (Lionel Richie / Cynthia Weill) est à l’image de Love Will Find A Way un "mid-tempo" mais en plus rapide, plus "cruisin’ song". Pour la petite histoire, c’est Steve Lukather qui officie sur le solo de guitare, ce dernier fut furieux car en entendant le résultat final il s’est rendu compte que le producteur avait retenu son échauffement en début de session et non pas un des solos qu’il avait joué par la suite. C’est à n’en pas douter une des plus célèbres sessions de Luke en dehors de Toto. Et puis nous terminons avec Hello (Lionel Richie), sûrement une des plus belles chansons composées par Richie. Tube immense, elle atteindra aussi la première place du Billboard Hot 100.

 

Can’t Slow Down est un album relativement court, huit chansons seulement, mais qui aujourd’hui sont toutes devenues des classiques ! Si vous n’en voulez qu’un de Richie c’est celui-ci qu’il vous faut!

 

Produit par : Lionel Richie & James Anthony Carmichael

Sauf The Only One produit par : Lionel Richie & David Foster

Enregistré et mixé par : Calvin Harris

Sauf The Only One enregistré par : Larry Ferguson, Humberto Gatica, Calvin Harris

Mixé par : Humberto Catica

 

Lionel Richie : Chant, GS1, Chœurs

 

James Anthony Carmichael : Arrangements, Arrangements des Cuivres, Arrangements des Cordes, Arrangements du rhythme.

 

David Cochrane : Guitare, Synthétiseur Basse, Synthétiseurs, Chœurs, Programmations & Vocoder

Paul Leim, John "JR" Robinson, Jeff Porcaro : Batteries

Greg Phillinganes : Synthétiseur & GS1

David Foster : Claviers & Synthétiseur Basse

Abraham Laboriel, Joe Chemay, Nathan East : Basse

Darrell Jones, Steve Lukather, Tim May, Carlos Rios, Mitch Holder, Louie Shelton : Guitares

Darrell Jones, Fred Tackett, Tim May : Guitares Acoustiques

Michael Boddicker : Synthétiseur, Emulator, Vocoder & Wave

John Hobbs : Fender Rhodes, Piano

Reginald "Sonny" Burke : Fender Rhodes

Anthony Marinelli, Brian Banks : Programmations

Paulinho Da Costa : Percussions

 

Jerry Hey, Gary Grant, Chuck Findley : Trompettes sur All Night Long (All Night)

Charlie Loper, Bill Reichenbach : Trombones sur All Night Long (All Night)

 

Israel Baker, Harry Bluestone : Premiers Violons

Jeremy Lubbock : Arrangements des cordes sur The Only One

 

 

Chœurs : Deborah Thomas, Richard Marx, Kin Vassy, Calvin Harris, Jeanette Hawes, James Anthony Carmichael, David Cochrane

 

Chant sur All Night Long (All Night) : Lionel Richie, James Anthony Carmichael, Calvin Harris, Brenda Harvey Richie, Janice Marie Johnson, Deborah Thomas, David Cochrane, Richard Marx, Deborah Joyce Richie, Melinda Joyce Chatman, Diane Burt

 

Hoopa Holler sur All Night Long (All Night) : Marilyn Ammons, Sue Ann Butler, Melinda Joyce Chatman, Sheldon J. Cohn, Sandy Dent Crimmel, Ruth Diaz, David Egerton, Rejauna Lynn Green, Sylvia Genauer, Gabrielle Greig, Sally Greig, Tanya Greig, Darrell Jones, David Malvin, Alison Maxwell, John Michael Montes, Jerry Montes, Billy Nelson, Greg Phillinganes, Carlos Rios, Suzanne Standford, Randy Stern, Wilbert Terrell, Susan Wood.

 

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-PhilippeRéjou

John, c'est aussi la première session de Richard Marx, qui arrivait juste à L.A. en provenance de Chicago à l'époque. Je ne l'ai pas mentionné dans la chronique.

posté le : October 13, 2020 21:34

Repondre
John Ford

Que du beau monde sur ce superbe album ! :)

posté le : October 13, 2020 21:32

Jean-PhilippeRéjou

Oui Alain, c'est un disque essentiel de cette période!

posté le : October 13, 2020 21:04

Repondre
alainjo
alainjo

Album incontournable pour moi... 😍😍 Presque autant que Thriller... 

posté le : October 13, 2020 20:31

Repondre
Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don