Mon compte
logo

Vox Humana (1985)

image : Vox Humana (1985)

 

Kenny Loggins possède une longue et riche carrière, souvent éclectique, explorant plusieurs facettes musicales tout en y imprimant sa propre griffe que tous les passionnés reconnaîtront.

 

Le "folk" californien fut grandement privilégié durant son fameux duo avec Jim Messina entre 1971 et 1976. En 1977 date de la parution de son premier disque il prendra un virage plus "soft rock" et légèrement "blue-eyed soul", en restituant à la perfection la nonchalance et l’hédonisme qui régnaient alors sur la côte ouest des Etats-Unis. Les deux opus qui suivirent, Nightwatch en 78 et Keep The Fire en 79, continueront sur cette lancée. Par la suite  il musclera sa production sur High Adventure qui sera un LP beaucoup plus "rock" et électrique ! Pour ce qui est de Vox Humana, l’œuvre qui nous intéresse dans cette chronique, ses fans s’attendaient à une suite logique du précédent, et beaucoup furent surpris à son écoute. En effet, l’atmosphère qu’il dégage et l’orientation choisie lorgnent clairement vers la "soul", parfois proche du "funk" électronique et du "rhythm & blues" ! C’est en définitive l’album le plus "black" de sa discographie, même s’il reste ici et là des titres que l’on rangera dans le compartiment "soft rock".

 

Vox Humana paraît au début de l’année 1985, juste après la bande originale du film Footloose (son plus grand succès commercial) et est solidement ancré dans son époque avec une débauche d’effets sonores, dus aux nouvelles technologies qui apparaissaient, avec entre autres les simmons drums, les synthétiseurs et les programmations. D’un point de vue commercial il fut certifié "gold" ce qui sans être un échec ne fut pas non plus un succès faramineux, les singles Vox Humana (29e) et Forever qui atteindra le Top 40 furent des succès mineurs ! D’un point de vue purement artistique, je dirai que le résultat est mitigé, car on va y trouver d’excellents morceaux et d’autres beaucoup plus anecdotiques.

 

Le titre éponyme Vox Humana (Kenny Loggins / Eva Ein Loggins) rappelle I’m Alright, un de ses plus grands succès, composé et interprété pour le film Caddyshack en 1980! Je me souviens que ce titre ne m’avait pas du tout accroché lors de sa parution, il ne collait pas vraiment à ce que j’attendais de lui, il atteindra la 29e place du Billboard. Le temps aidant j'ai revu mon jugement, même si ce n’est pas la facette de cet artiste que je préfère. On continue avec No Lookin’ Back (Kenny Logins / Michael McDonald / Ed Sanford), après What A Fool Believes et This Is It, c’est une nouvelle collaboration avec le barbu des Doobie Brothers, la version proposée ici prend le parti d’être beaucoup plus "dance" que celle de McDonald qui en fera quelque chose de plus "rock AOR" ! Je préfère quand même et de loin ce qu’en fera le mari de Amy Holland, même si le solo de guitare final présent ici est loin d’être négligeable ! Let There Be Love (Kenny Loggins / Dean Pitchford / Nathan East) continue à faire ressortir une tendance très up-tempo et dansante, mais malheureusement il ne décolle jamais vraiment et se révèle être assez passable, c’est un sous Footloose ! I’ll Be There (Kenny Loggins / David Foster / Eva Ein Loggins) fut mon coup de foudre immédiat à la première écoute de ce disque, un classique instantané, une "pop song" de grande qualité avec la présence de El DeBarge dans les chœurs, cette chanson est le type de sucrerie dont je n’arrive pas à me lasser, même 35 ans après sa parution ! On continue avec l’excellent I’m Gonna Do It Right (Kenny Loggins), un morceau étudié pour les discothèques, et durant plus de 6mn. Il fut d’ailleurs mixé par Jellybean Benitez grand DJ  très demandé, "manitou" des "dancefloor" du milieu des années 80, ayant travaillé avec Madonna, Whitney Houston, Michael Jackson ou encore les Pointer Sisters. Nous poursuivons avec la ballade Forever (Kenny Loggins / David Foster), dans un style très "fostérien", dont l’introduction et la production pourrait faire penser à du Chicago, ça n’est pas très étonnant puisque c’est Foster qui est aux manettes ! Belle chanson, peut-être un peu surproduite à mon goût, une production moins grandiloquente n’aurait pas nui à la qualité finale. Dernière précision c’est Steve Lukather au solo de guitare. At Last (Kenny Loggins / David Foster / Nathan East / Eva Ein Loggins) a deux facettes, des couplets "soul" et accrocheurs avec des parties vocales très intéressantes et malheureusement un refrain anecdotique, dommage ! Je n’ai pas d’avis tranché sur Loraine (Kenny Loggins / David Foster / Eva Ein Loggins), il y a de bons moments et d’autres qui me laissent de marbre, toujours dans une orientation "soul" ! Avec Love Will Follow (Kenny Loggins / Tom Snow) il nous a gardé le meilleur pour la fin, nous avons à faire à un véritable petit bijou de "soul music", cool, chic et sensuel et en plus David Sanborn est présent avec son saxophone, pour notre plus grand plaisir ! En conclusion je dirais que malgré mes réserves sur certains passages, je pense que cet album vaut quand même le détour, car il comporte des moments formidables.

 

Produit par Kenny Loggins, Michael Omartian et David Foster

Enregistré par : Humberto Gatica, Terry Christian, Jack Joseph Puig, Mark Linett, Terry Nelson, John Guess, Mark Ettel, Elliot Scheiner, Ed Rack et Bobby Cohen

Mixé par : Humberto Gatica, John Guess, John « Jellybean » Benitez, Michael Hutchinson

 

Kenny Loggins : Chant, Guitare Acoustique, Claviers

 

Tris Imboden, John Robinson : Batteries

Nathan East, Abraham Laboriel : Basses

Michael Landau, Steve Lukather, Buzz Feiten, David Williams, Tim Pierce, Paul Jackson, Jr. : Guitares

Michael Omartian : Claviers, Synthétiseurs

Steve Wood : Claviers, Programmations des Synthétiseurs

Steve Porcaro : Programmations des Synthétiseurs

Randy Kerber : Claviers

John Barnes : Fairlight CMI & DX 7

Derek Nakamoto : Programmations

David Foster : Claviers, Synthétiseurs

Michael Boddicker : Synthétiseurs

Greg Phillinganes : Claviers

Randy Waldman : Synthétiseurs

Neil Larsen : Synthétiseurs, Claviers

Erich Bulling : Programmations sur Yamaha DX-1

Bo Tomlyn : Programmations

Paulinho Da Costa : Percussions

Sheila E : Cabasa

David Sanborn : Saxophone

 

Richard Page, Steve George, Hamish Stuart, Philip Bailey, Carl Anderson, Carl Carwell, Bunny DeBarge, El DeBarge, Guy Thomas, Ruth Pointer, June Pointer, Anita Pointer, Donna McDaniels, Neil Larsen, Marilyn Martin : Chœurs

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Vous devez être connecté pour poster un message.

Dernier commentaire :

Jean-PhilippeRéjou

Oui, c'est que je dis dans la chronique, dommage car il possède aussi de très bonnes chansons.

posté le : December 20, 2020 10:55

Repondre
alainjo
alainjo

Alors ... C'est un album que je n'avais pas écouté depuis longtemps... Il est bon ... Mais je l'ai toujours trouvé un peu inégal ... Il refléte bien la Westcoast des années 85-90 ... Il est bon ... Mais sans plus ... 

posté le : December 18, 2020 20:42

Repondre
Jean-PhilippeRéjou

Merci Alain, tu nous donneras ton avis une fois que tu l'auras écouté. Si tu as le temps, regarde la chronique du Dane Donohue. Tu connais cet album?

posté le : November 26, 2020 20:06

Repondre
alainjo
alainjo

Ta très bonne chronique JP me donne envie de ré écouter cet album... J'en reparlerai ensuite... 

posté le : November 26, 2020 19:54

Repondre
Jean-PhilippeRéjou

Je trouve que Vox Humana ressemble plus à I'm Alright qu'à Footloose, mais bon c'est un détail. Oui pour I'll Be There et I Will Follow auxquels je rajouterai I'm Gonna Do It Right que je trouve excellent!

posté le : November 26, 2020 19:44

Repondre
Wyatt

I'll be there, Lorraine, Love will Follow et Forever sauvent cet album. No Looking Back, aucun intérêt puisque Michael McDonald a une version 1000 meilleure et Vox Humana est inécoutable tellement ce titre singe Footloose. Vox humana sera suivi par 3 albums que je considère comme mes albums préférés de Loggins.

posté le : November 25, 2020 19:33

Jean-PhilippeRéjou

Merci pour ton commentaire Jean-Louis, oui je sais que tu préfères le folk, country-rock ou soft rock, mais même si effectivement tout n'est pas à la hauteur sur ce disque, il s'y trouve néanmoins des morceaux très intéressants. Inscris-toi en tant que membre comme ça je pourrais t'identifier et tu seras prévenu de mes réponses ou des réponses d'autres membres.

posté le : November 25, 2020 13:54

Repondre
Jean Louis

Vox humana est pour moi un de ses albums les plus mauvais, j'ai pas accroché à l'époque et (l'ayant réecouté il y a peu) aujourd'hui je n'accroche toujours pas. Il allait quand meme se ressairir avec Back to Avalon (un peu) et surtout Leap of faith que je considère comme un de ses deux meilleurs albums. Kenny Loggins reste tout de meme un artiste pour qui j'ai énormément de respect

posté le : November 25, 2020 09:57

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don