Mon compte
logo

Fahrenheit (1986)

image : Fahrenheit (1986)


La parution de "Isolation" m'avait comme beaucoup de "fans" d'alors, un peu dérouté, je m'attendais tellement à une suite du "IV", que je fus décontenancé par "Isolation". Exit Bobby Kimball et David Hungate, pour ce dernier c'était moins surprenant vu qu'il n'apparaissait pas sur la vidéo d'Africa quelques années auparavant, remplacé par Mike Porcaro.

 

Sur "Isolation" les membres du groupe avait un peu abandonné la recette qui avait fait le succès mondial du "IV", à savoir, ce mélange de diverses influences, soul, pop, soft-rock, hard-rock, rock, funk, pour sortir un album purement AOR.

 

Avec le recul, c'est un disque que j'aime beaucoup, mais du haut de mes 19 ans, je n'avais pas sû l'apprécier à sa juste valeur lors de sa parution.


Deux ans plus tard, revoilà Toto avec "Fahrenheit" (1986), au revoir à Fergie Frederiksen, bonjour à Joseph Williams (fils du célèbre compositeur de musiques de films, John Williams), et un retour à la recette du "IV", habillé d'un son différent, avec des morceaux "Funk", "Soul", "AOR", "Pop", "Soft-Rock" et même "Jazz"! Bref, une variété musicale qui est la raison de mon coup de foudre pour Toto, la première fois que j'avais eu l'occasion de les écouter, à l'aube de mes 18 ans.


On ouvre le bal avec "Till The End" (David Paich / Joseph Williams), dès la première écoute de ce titre, on sent que Michael Jackson est passé par là, ne serait-ce que dans la manière de chanter de Williams, un rythme très R&B, des cuivres, avec la guitare de "Luke" qui arrive à lui laisser un côté "rock", à noter que le clip vidéo de "Till The End" avait été tourné avec la participation de Paula Abdul, chanteuse "pop" à succès des années 80 et ancienne prof. de danse. "Till The End" est une superbe entrée en matière, qui de suite, montrait que le groupe avait tourné la page de "Isolation" ; "We Can Make It Tonight" (Joseph Williams / Jeff Porcaro / Barry Bregman) est une chanson en deux temps, elle commence de manière plutôt "cool", pour se déchaîner sur le refrain, c'est un très bon titre, où l'on entend avec plaisir, les effets de synthétiseurs de Steve Porcaro, juste avant le solo de "Luke" ; "Without Your Love" (David Paich) est typiquement une composition de Paich, très "cool", avec "Luke" en "lead vocal", commençant de manière assez pop, et à partir du refrain une inflection "soul" évidente, c'est magnifique! ; "Can't Stand Any Longer" (David Paich / Steve Lukather / Joseph Williams) est une sorte de reggae/rock dans les couplets, pour arriver sur un refrain rock/AOR, avec un petit clin d'œil à Led Zeppelin sur le bridge juste avant le refrain... Pas le meilleur titre de l'album, mais néanmoins très intéressant ; inutile de présenter "I'll Be Over You" (Steve Lukather / Randy Goodrum) (11e au Billboard Hot 100) qui fut le dernier grand succès américain et international du groupe, c'est une ballade lumineuse, agrémentée de très belles harmonies vocales, un classique!! ; le titre éponyme "Fahrenheit" (David Paich / Jeff Porcaro / Joseph Williams) ressemble à une expérimentation avec son intro et tous les bruitages mis en scène par Steve Porcaro et son rythme R&B très années 80 dans les couplets, là aussi par moment M. Jackson est passé par là, le refrain est beaucoup plus "pop" traditionnel ; "Somewhere Tonight" (Jeff Porcaro / David Paich / Steve Lukather) est une sorte de "reggae de luxe", n'étant pas un fan de reggae, cettte chanson est quand même, une de mes favorites de "Fahrenheit", très "cool" et "summertime" ; "Could This Be Love" (David Paich / Joseph Williams) est sympa, mais il y manque quelque chose, c'est le morceau que j'aime le moins ; "Lea" (Steve Porcaro) est très belle, j'ai toujours aimé les (trop rares!) compositions de Steve Porcaro, quelle mélodie!!, et les arrangements sont magnifiques, on a envie à son écoute de déguster un bon "cocktail" sur une plage déserte en bonne compagnie, le "cliché" quoi!! ; pour terminer ce bel album, Toto nous offre "Don't Stop Me Now" (Steve Lukather / David Paich) un instrumental jazz, très cool, où Miles Davis (quel génie!! RIP) "himself" est venu avec sa trompette magique, nous faire un petit clin d'œil.


Fahrenheit est un des albums de Toto qui a ma préférence (j'ai dû l'écouter 70 fois en boucle lors de sortie...), il fut le prélude de ce que je considère comme étant la meilleure œuvre du groupe "The Seventh One".


Toto se composait alors de (mais est-il besoin de le rappeler?) Jeff Porcaro (RIP) à la batterie, David Paich et Steve Porcaro aux claviers, Mike Porcaro à la basse, Steve Lukather à la guitare et Joseph Williams au chant.


Outre Miles Davis, des invités prestigieux figurent sur ce disque, à savoir Don Henley (The Eagles) pour des jolis chœurs sur "Lea", Michael McDonald toujours dans les chœurs sur "I'll Be Over You" et David Sanborn au saxophone sur trois morceaux.


Les autres musiciens étaient : Steve Jordan, Jim Keltner, "Sidney" (mais qui est ce Sidney? certainement une programmation), Lenny Castro, Paulinho da Costa, Joe Porcaro pour des percussions. 


Certains chœurs étaient assurés par : Paulette Brown (RIP), Tony Walthes, Mike Sherwood et Fergie Frederiksen (RIP).


Les cuivres étaient conduits et joués par Jerry Hey, avec Tom Scott, Larry Williams, Chuck Findley, Gary GrantCharlie Loper et Bill Reichenbach

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-Philippe Réjou
Les goûts et les couleurs, pour certains c'est leurs préférés, pour d'autres non, il faut de tout pour faire un monde. Il n'en reste pas moins que I'll Be Over You est le dernier tube majeur du groupe. En revanche il est vrai que I Won't Hold You Back est une meilleure ballade, ainsi que "Anna" sur le suivant.

posté le : April 24, 2020 13:45

Eramanu
Album inégal.. la chronique est meilleure que l’album. Et je n aime pas la chanson de Goodrum i ll be over you qui est loin des ballades telle que i wont hold you back.

posté le : April 24, 2020 13:09

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don