Mon compte
logo

Angel Heart (1982)

image : Angel Heart (1982)

 

Jimmy Webb est un auteur compositeur remarquable. Ses chansons ont été interprété par Elvis Presley, Frank Sinatra, Art Garfunkel, Linda Ronstadt, The Supremes, Bob Dylan, Joe Cocker, The 5th Dimension, Donna Summer, Glen Campbell et Richard Harris, pour ne citer que ceux-ci !

 

Malheureusement méconnu dans notre hexagone, Jimmy Webb vit le jour en 1946, juste au lendemain de la seconde guerre mondiale en Oklahoma! Dès son adolescence la famille Webb émigre en Californie, c'est là qu'il commencera ses études musicales.

 

Dès 1967 il compose deux chansons pour le groupe The 5th Dimension, cette même année il livrera au chanteur Glenn Campbell la chanson "By the Time I Get to Phoenix" pour laquelle il remportera un Grammy Award. Glenn Campbell interprétera les années suivantes les magnifiques "Whichita Lineman" et "Galveston". Webb composera pour Richard Harris la fameuse "Mac Arthur Park", Donna Summer en fera une célèbre version disco quelques années plus tard!

 

En parallèle de sa carrière d'auteur-compositeur, il fera paraître plusieurs albums, qui ne rencontreront qu'un succès limité, mais qui n'en sont pas moins d'excellentes qualités. Pour la période des années 70, je ne saurais que trop vous recommander le disque "El Mirage" (1977) avec George Martin aux manettes, le célèbre producteur des Beatles !

 

En 1978, les producteurs Fred Mollin et Matthew McCauley, tout auréolés de leur succès avec Dan Hill et le tube "Sometimes When We Touch", jettent leur dévolu sur Jimmy Webb afin de produire son prochain disque. Les sessions prennent place au studio Sunset Sound à L.A. durant l’année 1978, mais faute de label, "Angel Heart" ne verra le jour qu’en 1982… (vous pourrez lire les détails de la genèse et de l’enregistrement de cet opus dans le magnifique livret accompagnant la réédition de ce CD, pour peu que vous compreniez l’anglais).

 

"Angel Heart" paraît donc à une période que beaucoup d'entre-nous considère à juste titre, comme étant prolifique en terme de productions "westcoast". Beaucoup de disques, qui sont par ailleurs considérés comme étant des chefs-d'œuvre du genre verront le jour en cette même année 82, le paradoxe est que l’année 82 tout en représentant une cuvée exceptionnelle pour la qualité des œuvres proposées, n’en signifie pas moins le chant du cygne du son californien, certes le genre ne s'éteindra pas, mais les œuvres majeures se feront beaucoup plus rares, et le son changera énormément avec le règne sans partage des synthétiseurs et des programmations, durant le reste des années 80 !

 

"Angel Heart" bénéficie d'un casting de tout premier plan, avec les musiciens de Toto, mais aussi d'autres invités célèbres comme Daryl Hall (Hall & Oates), Gerry Beckley (America), Stephen Bishop, Leah Kunkel, Michael Mcdonald (The Doobie Brothers), Valerie Carter ou encore Kenny Loggins ! L'album est bien-entendu produit par la paire magique Fred Mollin et Matthew McCauley, et Bill Schnee en assure le mixage !

 

Le titre éponyme "Angel Heart" (Jimmy Webb) qui débute l'album donne le la, sur un ton enjoué et "soft-rock" les pianos de Webb et David Paich sont mis en avant, la fin est agrémenté de superbes harmonies vocales ! Le morceau suivant "God's Gift" (Jimmy Webb) est une pure merveille, un morceau rare, racé et puissant, et puis il y a le solo de guitare de Steve Lukather, peut-être un de ses solos hors Toto que je préfère ! On continue avec "One Of The Few" (J. Cooper), très belle ballade avec l'apparition de Michael McDonald et de Leah Kunkel dans les harmonies vocales ! "Scissors Cut" (Jimmy Webb) avait été chanté un an avant par Art Garfunkel sur son album du même nom, il reprend ici sa chanson à son compte, j'adore les deux versions qui possèdent un charme exceptionnel, sur sa version, Graham Nash (Crosby Stills & Nash) et Gerry Beckley (America) y assurent les choeurs ! "Work For A Dollar" (Jimmy Webb) est plus nerveuse avec notamment un refrain avec une rage toute maîtrisée, on remarque également qu'au fur et à mesure que la chanson avance, les guitares électriques acérées sont mises en avant !

 

On continue dans le up-tempo avec "His World" (Jimmy Webb) dont l'intro et certains passages pourrait faire penser à Alan Parsons Project, mais Toto n'est pas loin non plus ! On replonge dans la ballade avec "Our Movie" (Jimmy Webb), une ballade dans la plus pure tradition "Webbienne", l'arrivée de la voix exceptionnelle de Leah Kunkel donne un relief particulier à cette chanson ! "Nasty Love" (Jimmy Webb) commence de manière assez puissante avec la guitare de Lukather pour ensuite continuer sur une ballade/mid tempo de belle qualité, Jerry Hey est aussi là avec sa trompette ! "In Cars" (Jimmy Webb) est un morceau délicieusement 60's avec des harmonies vocales à la Beach Boys, il exprime la nostalgie des années 60, époque où tout paraissait encore possible… c’est un des sommets de ce disque ! Et pour terminer on a droit à une sucrerie, en effet "Old Wing Mouth" (Jimmy Webb) est un morceau tout en émotion, avec un refrain qui vous transportera, pour peu que vous soyez sensible aux belles mélodies et aux belles harmonies vocales, Michael McDonald, Kenny Loggins et Matthew McCauley accompagnent Jimmy Webb sur ce titre !

 

Concernant les "bonus tracks" on y retrouve trois morceaux des sessions de Angel Heart, écartés de la version finale, "Driftwood", "High Rent Ghetto" et "Adios". Ces trois chansons sont vraiment dignes d'intérêt et je mettrai l'accent en particulier sur "High Rent Ghetto" qui est d'une beauté sans pareille ! "Adios" est la première version du titre magnifié quelques années plus tard par Linda Ronstadt, "Driftwood" est également très beau ! Les trois autres titres sont les démos (piano, voix) de "One Of A Few", "In Cars", et de "Early Morning Song" !


Pour l'anecdote on peut déjà entendre "High Rent Ghetto" et "Driftwood" sur "Twilight Of The Renegades" du même Jimmy Webb en 2005 !

 

Malheureusement ce disque ne rencontra pas le succès malgré son beau potentiel, le label n’investissant aucun budget de promotion. Durant les années 80, Webb prendra un peu de recul, on le verra néanmoins réapparaître sur l'album de Toto "The Seventh One" (1988) où il co-écrit "Home Of The Brave" avec David Paich, Joseph Williams et Steve Lukather. Il faudra attendre 1993 pour voir sortir son album suivant "Suspending Disbelief" !

 

La réédition bénéficie d’un son exceptionnel (et je pèse mes mots), les morceaux sont vraiment dépouillés, et l’on arrive à entendre de manière très précise chaque instrument, le son a une pêche remarquable, le mérite en revenant au travail de Mark Linett.

 

Merci encore au producteur Fred Mollin d’avoir permis la réédition de ce chef- d’œuvre…

 

Produced by Fred Mollin & Matthew McCauley 
Mixed by Bill Schnee

 

Jimmy Webb : Vocals, Piano, Electric Piano
Batterie : Jeff Porcaro 
Guitares : Steve Lukather, Dean Parks, Fred Tackett
Guitares Acoustiques : Fred Mollin, Fred Tackett, Dean Parks
Basses : Lee Sklar, Bob Glaub, Dean Cortese 
Piano : David Paich, David Foster
Organ : David Paich
Synthesizer : Matthew McCauley 
Percussion : Victor Feldman, Fred Mollin, Matthew McCauley 
Trumpets : Jerry Hey
Flutes : Bud Shank

 

Arrangements des cordes et chef d'orchestre : Matthew McCauley

 

Choeurs : Michael Mcdonald, Kenny Loggins, Daryl Hall, Valerie Carter, Stephen Bishop, Gerry Beckley, Leah Kunkel, Graham Nash, Matthew McCauley, Fred Mollin

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :


Soyez le premier à réagir !

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don