Mon compte
logo

Isolation (1984)

image : Isolation (1984)

 

Entre 1982 et 1984, les membres du groupe Toto étaient alors à l'apogée de leur popularité ! En effet, ils n'ont jamais appartenu au club très fermé des "rock-stars" mais ils ne s'en trouvaient pas très loin, étant demandés sur pratiquement toutes les productions majeures de cette période mais également par des artistes plus confidentiels!

 

Il faut dire que le succès du IV avec les tubes Africa et Rosanna, et cinq Grammys à la clé, couplé à leur participation prépondérante sur l'album Thriller de Michael Jackson, avait fini d'asseoir leur réputation de musiciens exceptionnels, parmi les plus doués de leur génération, et de faiseurs de tubes ! Les noms de Paich, Lukather, Porcaro apparaissant sur une pochette, pouvaient souvent aider un artiste ou un groupe à booster ses ventes !

 

C'est dans ce contexte un peu particulier pour un groupe, qu'ils commencèrent l'enregistrement du successeur du IV, l'album Isolation ! Entre-temps quelques changements avaient eu lieu au sein même du "band", exit Bobby Kimball à la voix et au comportement défaillant, et au revoir à David Hungate qui préférait s'en aller du côté de Nashville pour bosser "pépère" en studio, plutôt que de se "cogner" des tournées dont il n'a jamais caché que ce n'était pas sa "came" !

 

Ils furent remplacés par le frère de Jeff et Steve Porcaro, à savoir Mike Pocaro pour la basse, et par Fergie Frederiksen pour le chant. On connaissait Mike Porcaro en tant que bassiste de studio très demandé (il avait déjà intégré le groupe en 1983 pour la tournée du IV). Quant à Fergie Fredericksen il officiait depuis deux ans en tant que chanteur du groupe LeRoux.

 

Alors Isolation? Je peux en premier lieu vous faire part de l'impression que j'ai ressenti à l'époque lors de l'achat du LP. On va dire que vu mon âge (19 ans et jeune chien fou) et me revendiquant comme un fan absolu du groupe, je ne pouvais que clamer que je trouvais ce disque très bon. Mais en mon fort intérieur, il y avait une pointe de déception ! J'attendais tellement de ce disque (trop?) que j'avoue être resté sur ma faim... Je ne trouvais pas les tubes qui pouvaient succéder à Africa et Rosanna et leur permettre de rester tout en haut de l'affiche, et j'étais déçu par l'orientation résolument FM/AOR du disque, délaissant le côté "soul / rhythm'n blues" que j'affectionnais particulièrement chez eux. Comme excuse, on pouvait mettre en avant que c'était très compliqué de se concentrer seulement sur l'album, vu l'emploi du temps qui devait être le leur, et qu'ils auraient mieux fait de se retirer sur une île déserte pour retrouver de la tranquillité et de la sérénité loin du bruit et de la fureur de L.A.

 

Alors aujourd'hui? Et bien vu mon âge avancé qui me permet d'avoir le recul nécessaire du "vieux sage"  , je dirais que Isolation est un "fucking" de bon album, reflétant particulièrement bien la tendance musicale de cette époque ! Certes il ne contient pas de tube majeur, mais il est une illustration parfaite de ce que pouvait être le rock "FM" ou encore "AOR" en 1984 ! Et il y avait toujours le petit plus, par rapport aux autres groupes AOR, c'est à dire la qualité de l'instrumentation à nulle autre pareille ! Certes il n'atteint peut-être pas les sommets comme un Fahrenheit ou un Seventh One, mais on peut le mettre en bonne place dans la discographie du groupe.

 

On ouvre le bal avec l'excellent up-tempo Carmen (David Paich / Jeff Porcaro) où David Paich et Fergie Frederiksen se renvoient la balle en chantant tour à tour sur les couplets, le solo de claviers est dans une veine typiquement totoesque, et la fin du titre avec la batterie de Jeff, les riffs rageurs de Luke et l'arrivée des claviers, est énorme ! Lion (Bobby Kimball / David Paich) met en avant un côté AOR non dissimulé dans l'introduction, pour malgré tout glisser par moment vers du R&B avec chœurs et cuivres, ce qui fait en grand partie son charme, peut-être qu'il manque à ce titre un refrain vraiment percutant ! Stranger In Town (David Paich / Jeff Porcaro) fut choisi comme premier single avec un clip vidéo en noir et blanc et budget important ! C'est un morceau surprenant quand on se remet dans le contexte, car personne ne s'attendait à un tel "single" en terme d'orientation musicale, peut-être que la seconde "british invasion" était passée par là, et Toto voulait tout simplement se mettre au goût du jour, alors pourquoi les en blâmer ! Aujourd'hui j'aime ce titre qui reflète tout à fait cette période ! Avec Angel Don't Cry (Fergie Frederiksen / David Paich) on retourne dans le pur AOR, et Toto "rocks", les claviers de Paich et Porcaro et la guitare de Luke s'en donnent à coeur joie ! Avec How Does It Feel (Steve Lukather) nous avons droit à la seule ballade de l'album, morceau sympa mais qui de mon point de vue n'atteint pas les sommets de I Won't Hold You Back et de I'll Be Over You deux ans plus tard !

 

La face b du LP s'ouvrait sur le très bon Endless (David Paich), c'est du Paich au meilleur de sa forme, avec un côté "R&B" dans les couplets et un refrain purement "AOR" ! Le titre éponyme arrive sur la deuxième plage Isolation (Fergie Frederiksen / Steve Lukather / David Paich) est dans la lignée de Angel Don't Cry, l'intro au piano de Paich qui donne le "la" et la guitare agressive et affamée de Luke, couplé à une très bonne mélodie font de ce titre un des grands moments de cet opus ! J'étais beaucoup plus circonspect au sujet de Mr. Friendly (Fergie Frederiksen, Steve Lukather, David Paich, Jeff Porcaro, Mike Porcaro) que j'ai toujours pris (jusqu'à récemment) pour un titre de remplissage, j'ai revu mon jugement le concernant, car même si les couplets patinent pas mal, le refrain reste néanmoins accrocheur, donc sans être inoubliable, il reste écoutable ! Change Of Heart (Fergie Frederiksen / David Paich) est le seul titre du disque qui additionne rock pur et rock progressif, c'est un bon titre avec les cordes du London Symphony Orchestra magnifiquement arrangées par James Newton Howard ! Holyanna (David Paich) a un côté rétro / sixties, c'est ma foi très bon, et je trouve dommage que ce titre ne soit plus souvent repris lors de leurs tournées... !

 

Aujourd'hui quand je réécoute Isolation, je me dis que c'était tout de même la bonne époque et ce disque n'a peut-être pas eu la carrière qu'il aurait mérité.

 

RIP Fergie, Jeff & Mike !

 

Toto :

Fergie Frederiksen - Chants (excepté sur Stranger in Town, How Does it Feel et Holyanna), Chœurs

Steve Lukather - Guitares, Chœurs, Chant sur How Does It Feel

David Paich - Claviers, Chœurs, Chant sur Stranger In Town, Carmen et Holyanna, Arrangements d'orchestre sur How Does it Feel et Change of Heart

Steve Porcaro - Claviers, Sons électroniques

Mike Porcaro - basse

Jeff Porcaro - Batterie, Percussions

 

Musiciens additionnels :

 

The London Symphony Orchestra - Cordes
James Newton Howard - Arrangements d'orchestre sur How Does it Feel et Change of Heart

 

Lenny Castro - Percussions
Joe Porcaro - Percussions
Mike Cotten - Synthétiseur sur Stranger in Town


Chuck Findley - trompette
Jerry Hey - trompette, Arrangements des cuivres sur Lion
Tom Scott - saxophone


Tom Kelly - Chœurs sur How Does it Feel
Richard Page - Chœurs sur How Does it Feel
Gene Morford - Chœurs sur Stranger in Town
Bobby Kimball - Chœurs

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Wyatt

C'est l'album "Melodic Rock" par excellence. La voix de Fergie Frederiksen y est pour beaucoup. Néanmoins, un deuxième album avec sa voix aurait été de trop. Trop typée et au style plus limité qu'un Kimball ou Williams. Album référence pour les amateurs du genre qui a bien inspiré le groupe Suédois Work Of Art.

posté le : May 6, 2020 19:36

Jean-Philippe Réjou
Oui Jean-Christophe, Isolation possède beaucoup de charme et plus 35 ans après, ce disque fait comme bon vin, il se bonifie.

posté le : April 30, 2020 11:40

Jean Christophe MORALES
Comme tu l'as écris dans la chronique, c'est un ''fucking'' de bon album. Dommage que le groupe n'est pas fait au moins 1 album de plus avec Fergie. sans être spécialiste, il a apporté un truc en plus. Bref pour résumer j'adore tous les albums de Toto, j'ai mes préférences, certains albums qu'on met plus facilement sur sa platine et celui ci on fait parti

posté le : April 30, 2020 11:20

Jean-Philippe Réjou
C'est l'album de Toto le plus AOR, c'est aussi le son de l'époque qui voulait ça.

posté le : April 25, 2020 11:49

Stephane
J adore cette album depuis toujour . j aime beaucoup le travaille des cœurs sur les titres

posté le : April 25, 2020 11:24

Jean-Philippe Réjou
Certes, mais pas du niveau d'Africa ou Rosanna, voir de I Won't Hold You Back, de toute façon les classements et la popularité des morceaux (je ne parle pas des fans du groupe), plaident en faveur de mon commentaire. Ceci étant dit il n'en reste pas moins que Endless, Stranger In Town (influencé dans les arrangements par la seconde british invasion) sont d'excellents titres.

posté le : April 25, 2020 10:21

hydra2
Pas de tubes evidents? Commercialement sans doute mais pour moi stranger in town, endless ou isolation intrinsequement en sont...

posté le : April 24, 2020 23:14

Jean-Philippe Réjou
Comme j'en fait part dans cette chronique, j'ai eu du mal à sa sortie, et puis comme souvent le temps fait bien les choses, je reconnais qu'aujourd'hui il est à ranger parmi les meilleurs de Toto, sans toutefois posséder de tubes évidents.

posté le : April 24, 2020 11:57

Aurélien
Cet Album je l'adore !! On se lasse pas des morceaux , je trouve qu'il y a rythme soutenu dans le morceau , pas de temps morts . Pour moi un des meilleurs Album de Toto après ''the seventh one '' quoique 🤔 j'exagère un peu 😁 A écouter sans modération ... Même que j'ai redécouvert cet album en vinyle 😋 Bravo pour cet article 😍

posté le : April 24, 2020 11:54

christian
Un de mes albums prefere de Toto ! un gros kiff pour holyanna et change of heart

posté le : April 24, 2020 11:37

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don