Mon compte
logo

Tiger In The Rain (1979)

image : Tiger In The Rain (1979)

 

Dans la très riche discographie de Michael Franks, l'album "Tiger In The Rain" (1979), occupe pour moi une place particulière... Peut-être parce que c'est son premier vinyle que j'avais acheté? Je ne sais pas ; mais en tout cas, sans contestation possible, il fait sûrement partie de ses meilleurs albums!!

 

Produit John Simon cet opus réunit tous les éléments qui ont fait le succès de cet auteur-compositeur-interprète de grand talent. Michael Franks c'est la "coolitude" incarnée, sa musique se marie fort bien avec des moments de "farniente" au soleil. Les ambiances qui s'en dégagent nous font rêver de lagons aux couleurs bleues turquoises, de paillotes sur des plages de rêve d'où l'on peut admirer un très beau soleil couchant au large, derrière les vagues !

 

"Sanpaku" (Michael Franks) qui ouvre l'album dégage un parfum d'île des Caraïbes et de cocktails à base de rhum, on en redemande ; "When It's Over"  (Michael Franks) est du même acabit que le morceau précédent avec toujours ce côté bossa-nova ; le chef-d'œuvre de "Tiger In The Rain" est de mon point de vue "Living On The Inside" (Michael Franks), une ballade "génialissime" avec une orchestration merveilleuse, il n'y a qu'à écouter les arrangements qui accompagnent le solo de vibraphone, je ne m'en lasse pas ; "Hideaway"  (Michael Franks) est un peu plus jazzy avec l'intro superbe au saxophone ; "Jardin Botanico"  (Michael Franks) nous ramène à la bossa-nova et une forte envie nous prend d'assister à un coucher de soleil en bonne compagnie ; "Underneath The Apple Tree"  (Michael Franks) est une très belle ballade jazz ; le titre éponyme "Tiger In The Rain" (Michael Franks) met en avant une mélodie hors-pair avec une production qui ne laisse rien au hasard ; sur "Satisfaction Guaranteed"  (Michael Franks) on reconnaîtra de suite le saxophone de David Sanborn ; "Lifeline" (Michael Franks) est certainement le titre le plus "pop" de cet opus, une ballade avec une mélodie magnifique, accessible et marquante dès la première écoute!

 

C'est un album incontournable dans la discographie de Michael Franks...

 

Produit par John Simon

 

Musiciens :

Michael Franks : chant, guitare, banjo, mandoline

 

Rick Marotta, Buddy Williams, Ben Riley : batteries
Herb Bushler, Ron Carter : basses
Joe Caro, Bucky Pizzarelli : guitares
Kenny Barron, Bob Leinbach, Paul Griffin : Claviers
Mike Mainieri : vibraphone
Crusher Bennett, Rubens Bassini, John Simon, Dominic Cortese : percussions

 

Dominic Cortese : concertina

 

Dave Liebman, George Young, David Sanborn, Randy Brecker, Lou Marini, John Clark, Tom Malone, Claudio Roditi, Lew Delgatto : Cuivres

 

Flora Purim, Maeretha Stewart, Hilda Harris, Mike Mainieri : Choeurs

 

Violons : Charles Libove, Harry Lookofsky, Lewis Eley, Anthony Posk, Harry Urbont, Joseph Malin, Richard Sortomme
Alto : Harold Coletta, Richard Maximoff, Emanuel Vardi
Violoncelles : Abdul Wadud, Jesse Levy, Charles McCracken, Allan Shulman

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-PhilippeRéjou

En général j'aime tous ses albums jusqu'à Skin Dive. Je trouve que Skin Dive et surtout The Camera Never Lies mis à part quelques titres sont en-dessous! De toute façon c'est à l'image de beaucoup d'artistes que nous aimons le milieu et la fin des années 80 leur ont été rarement favorables. Mais il existe des exceptions.

posté le : May 7, 2020 15:06

Repondre
CKit
CKit

Celui-ci n'est pas mon favori car ils le sont tous à leur façon... Michael Franks occupe une place à part dans mon paradigme musical. Il se dégage de son univers tellement d'intelligence et de sérénité, de culture et de philosophie également. Un homme par qui la paix dans le monde prend tous son sens. 

posté le : May 7, 2020 14:13

Repondre
Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don