Mon compte
logo

Bi-Coastal (1980)

image : Bi-Coastal (1980)

 

Peter Allen (Peter Richard Woolnough de son vrai nom) naquit en Australie au début de l'année 1944. Après une courte carrière avec son frère sous le nom des Allen Brothers, son premier album éponyme sortit en 1971.

Dans cette chronique je ne vais pas faire une biographie du regretté Peter Allen, mais plutôt m'attarder sur "Bi-Coastal" (1980) son album le plus célèbre, il n'a pas connu un succès immense mais c'est celui qui a le mieux fonctionné !


Pour les amateurs de sons californiens que nous sommes, cet opus fait figure de pierre angulaire du son "westcoast" du début des années 80! Enfin pour modérer mes mots, je dirais pour la plupart d'entre nous, car bien entendu, les avis de chacun ne sont pas similaires concernant "Bi-Coastal", et heureusement!


"Bi-Coastal" était son sixième album, après l'échec commercial de l'excellent "I Could Have Been A Sailor", il fallait impérativement qu'il puisse rebondir... Afin de resituer le contexte de l’époque il est bon de rappeler que le disco était mort, le soft-rock vivait ses derniers moments (mais on ne le savait pas encore) et les artistes blancs prenaient de plus en plus d'ingrédients venus de la "Soul" et du "R&B"! 


Depuis quelques années le canadien David Foster commençait sérieusement à faire parler dans les studios de L.A., surtout grâce à son travail avec EW&F sur "I Am" (1979), car en plus d'avoir contribué à l'écriture de six morceaux, dont le fameux "After The Love Has Gone", c'est Foster qui en est le véritable producteur. Le label A&M sous la direction de Herb Alpert et de Jerry Moss décida donc d'imposer Foster comme producteur pour "Bi-Coastal" et d'octroyer un budget conséquent pour la fabrication de l'album !


Je pense que "Bi-Coastal" reste le meilleur travail de Foster en tant que producteur, une production très sophistiquée et d'une grande finesse. Avec Foster rien n'est laissé au hasard et il fit appel aux cadors des studios de la cité des anges avec lesquels il avait ses habitudes afin de ne pas avoir de mauvaises surprises ! 


Il est à noter que "Bi-Coastal" sortira en Australie avec un ordre différent d'apparition des titres, et une chanson en plus "I Still Call Australia Home" (Peter Allen) ! Mais nous allons rester sur la version américaine et japonaise. 


"Bi-Coastal" n’atteindra malheureusement que la 123e place du Billboard 200, alors que l'album avait un énorme potentiel, et le single éponyme n'atteindra lui que la 55e place du Billboard Hot 100 !


C’est le superbe uptempo "One Step Over The Borderline" (Peter Allen / Tom Keane / David Foster) qui ouvre, piano de Tom Keane en avant, guitare de Lukather en accompagnement et les chœurs de Pages (Richard Page et Steve George) en forme de cadeau, la magie opère immédiatement, ce morceau est un "instant classic" ! "Fly Away" (Peter Allen / Carole Bayer Sager / David Foster) est un moment suspendu, une sorte de rêve éveillé, l’introduction est un modèle du genre avec ses divers effets de percussions et l’arrivée du "flugelhorn" de Jerry Hey, un délicieux "groove" est de suite imprimé, et toujours les chœurs des membres de Pages qui apportent un plus indéniable, le genre de titre que l’on peut écouter vingt fois à la suite, sans pour autant se lasser. Pour la petite histoire, ce n’est pas Peter Allen qui en fit la version originale, mais la chanteuse japonaise Mariya Takeuchi qui sortira "Fly Away" trois mois plus tôt sur son album "Love Songs" (1980), l'interprétation et les arrangements sur l'opus de Takeuchi, même si c'est bien fait, n’atteint pas le niveau de celle proposée ici. Le chanteur Stevie Woods reprendra également "Fly Away" un an plus tard sur son album éponyme. On repart dans l’uptempo avec le titre éponyme "Bi-Coastal" (Peter Allen / David Foster / Tom Keane), très beau morceau fait pour les "dancefloor" de l’époque, ce titre n'est pas très loin de EW&F dans le style, il n’y a qu’à écouter les arrangements des cuivres à la fin pour s’en persuader ! Contrairement à ce qu’il a été prétendu ce morceau ne traite pas de la bisexualité, Peter Allen s’en est toujours défendu, beaucoup ont associé "Bi-Coastal" à la vie de Peter Allen, mais celui-ci a toujours nié qu’il y ait eu un double sens dans les paroles. La ballade remarquable "I Don’t Go Shopping" (Peter Allen / David Lasley) revêt un petit côté jazzy, j’aurais bien vu un Frank Sinatra l’interpréter ! La production est au cordeau, les arrangements des cordes sont superbes, rien à redire ! "Hit In The Heart" (Peter Allen / David Foster) est certainement le morceau le plus "rock" de "Bi-Coastal", Toto est passé par là, il faut dire que ce sont Jeff et Mike Porcaro qui assurent la rythmique et que Luke est à la guitare, et toujours les chœurs de Pages qui font des merveilles ! 


"I Could Really Show You Around" (Peter Allen / Dean Pitchford) continue sur le même registre, mais en plus lent, toujours une grande réussite et le même plaisir au niveau des oreilles ! "Somebody’s Angel" (Peter Allen / David Lasley) reprend dans la ballade, avec ce Fender Rhodes dont le son a vite fait de vous hanter, c’est le second morceau de "Bi-Coastal" dont la musique est composée par David Lasley, et pour les amateurs de ce dernier, son style transpire tout au long de ce magnifique "Somebody’s Angel", toujours avec les chœurs de Pages, grâce auxquels nous bénéficions d'un final en forme de feu d’artifice ! "Simon" (Peter Allen) est certainement le morceau le plus intimiste qui nous est proposé ici, ballade où l'émotion transpire, avec une production et une interprétation magnifiques ! "Pass This Time" (Peter Allen / Carole Bayer Sager / David Foster) est aussi un des sommets de cet album qui soit dit en passant ne possède aucun moment faible, même Jay Graydon y va de son solo ! Ce mid-tempo "groove" à souhait et possède tout du "classique" ! Pour conclure, la ballade "When This Love Affair Is Over" (Peter Allen / David Foster) se révèle formidable, une introduction avec un Fender Rhodes qui vous fait chavirer dès les premières notes, des arrangements cinq étoiles, et une mélodie qui tutoie les hautes sphères !

Ceux qui n'ont pas la chance de le posséder dans leur discothèque doivent se le procurer au plus vite, "Bi-Coastal" est pour moi un disque essentiel !

En 1983 "Not The Boy Next Door" arrivera dans les bacs, avec le single éponyme qui fera danser dans les discothèques, "Not The Boy…" souffre peut-être d’une surproduction de Richard Landis, dommage car il avait un très bon potentiel ! Juste avant son décès Peter Allen fera paraître "Making Every Moment Count" (1990). Il s’en ira définitivement le 18 juin 1992 à l’âge de 48 ans des suites du Sida. RIP Peter !


Produit par : David Foster
Enregistré & Mixé par : Humberto Gatica
Enregistré à Sunset Sound, Hollywood, CA
Enregistrement additionnels au Davlen Sound Studios, North Hollywood, CA & Sound Labs, Hollywood, CA.


David Foster & Jerry Hey : Arrangements des cordes et des cuivres
Erich Bulling : Arrangements des cordes


Peter Allen : Chant, Piano, Fender Rhodes 

David Foster : Fender Rhodes & Synthétiseurs, Claviers, Piano
Tom Keane : Piano & Synthétiseurs, Fender Rhodes
Larry Williams : Synthétiseurs
Ed Greene, Jeff Porcaro, Ralph Humphrey, Carlos Vega : Batteries
Mike Porcaro, Dave McDaniels : Basses
Steve Lukather, Jay Graydon, David Williams, Richie Zito : Guitares
Paulinho Da Costa, José Rossy : Percussions
Eugene Meros, Lon Price : Saxophone Alto

Richard Page & Steve George : Choeurs


Section de cuivres :
Jerry Hey : Trompette - Gary Grant : Trompette - Larry Hall : Trompette - Lew McCreary : Trombone - Bill Reichenbach : Trombone - Gary Herbig : Bois, Saxophone - Larry Williams : Saxophone - Louis Cortelezzi : Saxophone

Lire la suite ...
Vous avez aimé ce contenu ? Soutenez : pacificsummersound . Faire un don

Donnez votre avis :

Dernier commentaire :

Jean-PhilippeRéjou

Le meilleur titre Calif., je n'irai pas jusque là, mais il est incontestable que c'est un super morceau. Tu sais, je pense qu'il y a autant de "meilleurs titres calif." que d'amateurs du genre ! 😉

posté le : May 3, 2020 16:08

Repondre
FabriceK
FabriceK

Pass this time est tout simplement pour moi le meilleur titre Calif. de tous les temps.

Le tube incontournable qui passait au Bus tous les soirs pendant des années.

posté le : May 3, 2020 15:04

Repondre
Jean-Philippe Réjou
Merci Jean, tu partages mon avis et j'en suis heureux. Oui bien-sûr qu'il a fait d'autres belles productions, les Chicago 16 & 17 par exemple ou encore l'album Shine d'Average White Band, mais la liste serait trop longue...

posté le : April 30, 2020 11:26

Jean
Chronique très complète 👍 Bravo Jean-Philippe ! ... Je pense moi aussi que cet album est certainement le meilleur travail de David Foster en tant que producteur (et pourtant il en a produit des très bons...)

posté le : April 29, 2020 23:20

Jean-Philippe Réjou
Tu as complètement raison Arnaud, ce disque est incontournable pour tout amateur de calif. qui se respecte. Rien à jeter, c'est une "masterpiece" !

posté le : April 27, 2020 14:35

aornono
On parle souvent de MUST....en voila un !! Le chanteur australien nous concocte la une bombe en puissance ! C'est bien simple.....10 titres, 10 tubes ! De One Step Over The Borderline à When This Love Affair en passant par Fly Away ou bien Simon, Peter Allen livre ici (n'ayons pas peur des mots) son chef-d'oeuvre ! Un disque qui tourne souvent dans le lecteur....Juste énorme ! Arnaud

posté le : April 27, 2020 13:44

Vous avez aimé ce contenu ?
Soutenez :
Faire un don